Ouverture événement du Prieuré Saint-Ayoul de Provins

Ouverture événement du Prieuré Saint-Ayoul de Provins

Restauration et ouverture d’un site historique millénaire :
le Prieuré Saint-Ayoul

Le jardin du Prieuré Saint-Ayoul, ensemble historique millénaire à Provins

15 ans !

15 ans, c’est le nombre d’année qu’il aura fallu pour restaurer le Prieuré Saint-Ayoul, acquis par la ville de Provins en 2003.
Il se situe en plein centre-ville de Provins, accolé à l’église du même nom.

Construction, incendie, reconstruction, démolition, restauration, le Prieuré Saint-Ayoul a connu plusieurs vies et une histoire digne des plus grands romans !

Les origines de cet ensemble architectural remontent à 996…

Tout commence par la découverte de reliques attribuées à saint Ayoul.  Elles sont de suite mises à l’abri et conservées dans la crypte de la chapelle Saint-Médard, construite à cet effet.
Mettre à jour la dépouille d’un saint ou d’un martyr, était à cette époque très religieuse, un immense événement et synonyme de pèlerinage conséquent.

Et effectivement, au milieu du XIe s., le comte Thibaut Ier de Champagne décide de réformer les lieux. La chapelle est devenue trop petite pour accueillir les pèlerins de plus en plus nombreux à venir se recueillir. Elle fait place à un projet plus étendu : une église paroissiale et un prieuré des bénédictins, religieux de l’ordre de saint Benoît. La construction de l’église est établie selon un plan particulièrement ambitieux comportant une nef munie de bas-côtés, un vaste transept et un chœur à déambulatoire avec plusieurs chapelles rayonnantes.

Le plan du Prieuré et de l'église Saint-Ayoul, ensemble historique millénaire à Provins

Au fil des siècles, l’ensemble n’a eu de cesse d’être remanié : destruction, reconstruction, rajout, etc. (voir l’historique complet en fin de page).

Le Prieuré Saint-Ayoul, ensemble historique millénaire à Provins, lorsqu'il accueillait la gendarmerie
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins

L’année 1527 marque un tournant à la suite d’un conflit ancien entre les deux communautés religieuses, paroisse et prieuré : le monument est définitivement séparé en deux parties distinctes. La nef et les bas-côtés sont attribués à la paroisse, tandis que le chevet reste au prieuré. Un mur est élevé entre les deux parties.

Vendu comme bien national à la fin du XVIIIe s., il a accueilli sous-préfecture, gendarmerie nationale, Cavalerie (imaginez le chevet transformé en grange à fourrage pour chevaux), et l’armée.
Un partie a même été rachetée par des particuliers qui ont fait habitation et dépendance, et ont démoli des chapelles pour ériger des murs, afin de séparer les propriétés.

A partir de 1938, le chevet est rétrocédé par le ministère de la Guerre au service des Beaux-Arts.
A la suite, premiers travaux et premières reconnaissances du monument. Les principaux percements modernes sont fermés et certaines baies anciennes sont rouvertes. C’est le début de fouilles archéologiques, d’études, et de travaux de consolidation…

Depuis 2003 donc, les efforts n’ont jamais cessé entre fouilles et découvertes, classement aux Monuments Historiques, et réhabilitation et restauration.

Le résultat est sublime et subjuguant. De magnifiques fresques et enduits peints ont été révélés au niveau de la croisée du transept et sur les murs, preuve que les édifices religieux étaient colorés et décorés de motifs aux symboles religieux.

Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins

Une architecture hors norme

L’entrée se fait par le porche qui se trouve à droite de l’église Saint-Ayoul, plus précisément au n°1 de la cour des Bénédictins.

  • le jardin de plantes médiévales (ifs, sedums et amélanchiers),
  • le cloître et sa vue panoramique sur les emplacements des anciennes galeries médiévales,
  • la salle capitulaire à l’architecture parfaitement conservée, la chapelle sud avec restitution d’une partie du pavement d’origine en carreaux de terre cuite vernissés du XIIIe s.,
  • la chapelle des Bénédictins ou “chœur des moines” (grande abside désaxée achevée vers 1280),
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Salle capitulaire
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Chapelle des Bénédictins
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Vitraux de la chapelle des Bénédictins
  • le transept
  • les chapelles rayonnantes,
  • au niveau du bras nord du transept, ne manquez pas d’apprécier l’extraordinaire empilement des niveaux de sols du XIe au XXe siècle !
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Chapelle rayonnante Charles de Refuge
Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Transept, du nord au sud

Percez tous ses secrets

Visite libre gratuite du Prieuré :
Pour tous les habitants de Provins et de la Communauté de Communes du Provinois : le 1er samedi et dimanche de chaque mois à partir de juillet 2019, de 14h à 18h.

– Une visite avec un guide conférencier est programmée du 30 mars au 29 septembre 2019, les week-ends, jours fériés et ponts à 15h30 !
Réservation auprès de l’Office de Tourisme de Provins au 01 64 60 26 26, ou sur place avant le départ.
Tarifs : adulte 8 € – enfant (4 à 12 ans) : 5 €.
Découvrez nos tarifs avantageux avec les forfaits Pass Provins et Pass Famille

– La visite audio-guidée vous permettra de bien comprendre l’histoire de ce monument exceptionnel, tous les jours du 15 juin au 29 septembre 2019, de 14h à 18h (sous réserve) !
Tarifs : adulte 4,30 € – enfant (4 à 12 ans) : 2,80 €.

Le Prieuré Saint-Ayoul de Provins

Petite et Grande Histoire

Découvrez l’historique complet et détaillé du prieuré Saint-Ayoul

Quelle différence entre une église paroissiale et un prieuré bénédictin ?
L’église paroissiale est un lieu de culte, confiée à un curé, sous l’autorité de l’évêque. Le prieuré bénédictin comme dit plus haut est régi par la règle de Saint-Benoît. Plutôt stricte, elle obéit à un règlement qui lui est propre. Le prieuré un véritable lieu de vie, réservé aux religieuses et religieux où ils peuvent dormir, manger, échanger, et surtout prier.

– Il est dit que les Foires de Champagne ont commencé ainsi, grâce au pèlerinage.
Une aussi grande foule a forcément des besoins (nourriture et autres biens). Il n’était pas rare, et encore aujourd’hui, de voir les marchands installer leurs étals. Cette configuration aurait donné l’idée aux comtes de Provins de créer de grands rassemblements commerciaux 2 fois par an : en mai en ville haute autour de la place du Châtel, et en novembre en ville basse, dans le quartier de Saint-Ayoul.

Les Foires de Champagne à Provins

– D’où vient l’expression “ne pas avoir voix au chapitre” ?
La salle capitulaire, appelée également salle du chapitre ou simplement chapitre, est le principal lieu de vie : lecture d’un chapitre de la règle Saint-Benoît chaque matin, délibération des affaires temporelles, répartition des tâches de la journée, lecture des nouvelles des autres Abbayes, élection des abbés, confession publique des fautes entre moines.
Tous n’avaient pas le privilège de prendre part aux discussions ou d’intervenir, seulement d’être présent, d’où l’origine de l’expression !

Un espace dédié à notre ville jumelée chinoise Pingyao
En 2005, la ville de Pingyao en Chine et la ville de Provins, deux cités médiévales classées au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, ont décidé d’établir un jumelage. Celui-ci vise à renforcer la compréhension et l’amitié entre les peuples et de consolider et développer les liens amicaux entre ces deux villes. Des « Espaces Tourisme et Patrimoine » ont été inaugurés dans chacune des deux villes, pour une réciprocité dynamique.
Cet espace a été inauguré en 2016, en présence des autorités chinoises.

Inauguration de l'espace Pingyao au Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Inauguration de l'espace Pingyao au Prieuré Saint-Ayoul de Provins
Inauguration de l'espace Pingyao au Prieuré Saint-Ayoul de Provins